Bonne à marier, ou comment j’ai appris à cuisiner le bortsch

Quand on pense à la cuisine russe, on s’imagine un peu trop rapidement une montagne de caviar, des blinis, du goulasch (oui, ça sonne russe, mais c’est hongrois), de gros cornichons à la russe ou encore des racines. Alors, malheureusement pas de caviar pour moi au petit déjeuner, mais du chou en-veux-tu en voilà ! Aujourd’hui je veux vous présenter un des classiques de la cuisine russe (même si en fait c’est ukrainien) : le bortch, une soupe rouge à base de betterave, de chou, de viande et de pommes de terre.

Une fois maitrisé l’art du bortch, tu es bonne à marier comme on dit! Il existe bien entendu plus d’une recette: il y aurait autant de bortsch que de ménagères, et comme dit mon amie Sacha avec qui j’ai eu mon cours de cuisine, la Beauté du bortsch tient à la multitude d’expérimentations que l’on peut mener. Voici une recette de base qui vous permettra d’écouler les légumes d’hiver :

DSC_5206re

– environ 500 gr de viande de bœuf, AVEC un os. Très important pour faire le bouillon

– quelques feuilles de laurier pour le bouillon

– ½ chou blanc (marche aussi avec du rouge)

– 1 ou 2 carottes

– 1 betterave

– 4 pommes de terre

– 2 petits oignons ou un gros

– du concentré de tomate (environ 2 bonnes cuillères a soupe)

– sel, poivre

– en garniture : de l’aneth finement ciselé et de la smetana. La smetana est la crème fraiche russe, un peu plus aigre que la française car elle est fermentée. Elle a un gout très spécifique, la remplacer par de la crème fraiche de supermarché ne me parait pas l’idéal, sauf à en prendre une très aigre, quitte à ensuite la mélanger avec un peu de yaourt nature.

  • De l’amour!

DSC_5183re

1 -Il faut d’abord préparer le bouillon : faire mijoter pendant une heure minimum la viande avec les feuilles de laurier dans environ trois litres d’eau.

Une fois le bouillon préparé, retirer la viande et la découper en petits quartiers. Réserver.

DSC_5185re-2.jpg

2 – Trancher les pommes de terre en petites tranches

Ciseler le chou finement

Les ajouter au bouillon et ajouter de l’eau pour obtenir un volume d’environ 1,5 litre

3 – Râper la betterave et les carottes

Découper l’oignon en petits morceaux carrés

DSC_5191

4- Faire revenir les oignons dans de l’huile de tournesol à la poêle.

Ajouter les carottes, les betteraves. Laisser cuire 5 à dix minutes.

Ajouter le concentré de tomates, cuire encore 5 à dix minutes en mélangeant jusqu’à ce que l’ensemble soit cuit et que la sauce tomate commence à caraméliser, brunir.

 

DSC_5209DSC_5210

5 – Ajouter cette préparation dans la casserole d’eau-bouillon, ainsi que la viande.

6- Le bortch est prêt, maintenant il suffit de le laisser mijoter au moins 10 minutes. On dit que le bortsch est encore meilleur le lendemain, quand tous les aromates se sont bien développés, mais rien n’empêche de le servir rapidement.

DSC_5214-2.jpg

Dans les assiettes, servir en ajoutant une cuillère à soupe de crème aigre et de l’aneth ciselé. Priyatnovo apetita !

DSC_5220re

 

Publicités

9 réflexions sur « Bonne à marier, ou comment j’ai appris à cuisiner le bortsch »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s