Mon dictionnaire de la Russie, tome 2

quel que a vie quotidienne en Sibérie réservant plus d’une surprise, chaque lettre mérite bien plus qu’une entrée dans le dictionnaire. Après le Tome 1 de mon dictionnaire russe, le Tome 2 vous réserve encore quelques surprises.

А – Aspirant – Аспирант

Non je ne parle pas d’un aspirateur mais bien d’une personne de chair et d’os. Aspirant signifie doctorant en russe et le doctorat c’est « aspirantoura ». Pourquoi choisir cette entrée pour la lettre A ? Parce que je suis entourée d’un nombre impressionnant de doctorants dans ma ville universitaire, Akademgorodok.

Plusieurs raisons expliquent cette prédominance dans mon entourage : Akadem est une ville construite pour la science et par des scientifiques, en conséquence ces derniers forment le gros de la population et il va de soi qu’ils préparent des thèses car c’est comme ça qu’ils peuvent faire carrière. Une autre raison qui m’a au départ étonnée, est qu’en fait les russes (d’ici) n’ont pas la même perception du doctorat que chez nous en France. Après le master, soit à 23 ans, beaucoup de jeunes gens se dirigent vers le doctorat pour échapper au service militaire obligatoire. Deuxièmement, être étudiant en doctorat est un moyen d’obtenir une chambre très bon marché en résidence étudiante (obchiéjitié.)

DSC_0194-2.jpg
Mon pote Gleb

B – « Blin! » – Блин!

Oui « blin » comme un blini. Sauf qu’en Russie blini c’est une crêpe comme les nôtres. Mais surtout « blin! », c’est l’équivalent de notre « zut » français. Je me souviens qu’au départ, quand je ne connaissais pas tous ces mots de slang (et que je ne comprenais rien tout court!) je me demandais pourquoi les gens parlaient en permanence de blinis !

C – Côtelettes – котлеты

Encore une entourloupe ou un faux ami. Si je vous dis côtelettes vous vous voyez déjà les orteils en éventail, les grillons qui vous susurrent cri-cri à l’oreille, un pastis au bout des lèvres, le tout pendant qu’une belle côtelette grille sur le barbec. Stooooopp. Ici la côtelette est un des plats les plus habituels de la vie de tous les jours et ressemble à ça :

DSC_0332.jpg
Les côtelettes dans une sauce à la crème en train de mijoter

Donc voilà, en somme ce sont des boulettes de viande. Comment ça se cuisine ? Farce +   œuf cru + mie de pain un peu détrempée dans le lait + oignons + sel/poivre + des bonnes paluches pour malaxer + passage à la casserole ou au four.

D – Da niet – Да нет

Je ne pouvais pas faire l’impasse sur une des beautés de la langue russe. « Da » ça veut dire oui. Jusque-là, content. « Niet », ça veut dire non. Ok. ALORS POURQUOI les russes répondent tout le temps ce fameux OUI, NON aux questions?! « Tu veux un cornichon? Oui, non »…Vladimir, il faut choisir, soit c’est Da, soit c’est Niet, mais tu peux pas avoir la vodka et la peau de l’ours. Bon alors en fait « Da niet » ça veut dire NIET. Point barre !

961.gif
Comprend’pas…

E – Examen – экзамен

Une autre joyeuseté de ma vie ici, ce sont les examens à la russe. Ça n’a absolument rien à voir avec nos examens écrits bien français. Ici dans l’ensemble les examens sont oraux. Prenons par exemple mon cours « histoire du journalisme russe de la seconde moitié du 19ème siècle ». Oui je sais, c’est pointu comme thème. Pour l’examen en question, la professeur nous a donné une liste de questions (une quarantaine) portant toutes sur des thèmes abordés au cours du semestre. On prépare ensuite ces questions chez soi et on les apprend. Arrivé à l’examen, il faut tirer un billet sur lequel deux questions sont écrites, et ensuite tu as 20 minutes/une demie heure pour les préparer. Voire carrément plus car bien entendu au fil des passages les retards s’accumulent. Ça c’est pour les sciences humaines mais par exemple une amie en fac de maths me raconte que chez eux il faut résoudre des problèmes, et qu’elle est déjà restée quatre heures dans son amphi à résoudre son billet. Au départ j’étais un peu sceptique sur ce mode d’évaluation car ça ressemble à du gros bachotage. Quel est l’intérêt si tu as appris par cœur ta question, quelle réflexion ? Et puis ça n’autorise pas les sujets trop larges et transversaux, plutôt un déballage de connaissances sur un sujet très précis. Je suis toujours assez sceptique, mais en me préparant à ce type d’examen, je me suis quand même rendue compte qu’il présente l’avantage de devoir se plonger dans son cours, de tirer de-ci de-là les éléments pertinents pour chaque question, et résultat tu retiens beaucoup de choses pendant le processus de préparation de ces fameuses questions. Une autre spécialité des étudiants ce sont les antisèches. C’est un art à part entière. J’étais un peu atterrée quand on m’a dit que tout le monde en faisait, mais en fait les antisèches c’est plutôt une sorte de mémo, et mêmes certains profs m’ont assuré que c’était une bonne chose car en les préparant les élèves allaient droit au but et étaient forcés d’étudier.

Le système de notation est également complètement différent. Il y a les examens non différenciant – les « zatchiots ». Dans ce cas, pas de notes. Et les exams différenciant. Dans ce cas le barème va de 1 à 5, 5 étant la note la plus élevée. En gros les profs mettent entre 3 et 5. J’ai aussi un peu de mal à voir comment on peut réellement différencier les étudiants en ayant une gamme de notes si réduite.

Une scène culte du non moins culte film soviétique « Opération I ».

– Professeur, pour moi, un examen  est toujours une fête
– [Snif] Louable pensée!

F  – FIO – ФИО

Fillot , quel fillot ? On n’est pas chez Jacquouille la fripouille ici ! Non, mais bien dans le monde délicieux des abréviations typiques de la vie quotidienne russe.

Jacquouille_chez_Duchenaud.JPG
Jacquouille dans « Les visiteurs »

FIO = Nom de famille (« Familia ») +Prénom  (« Imia ») + Patronyme (« Otchestvo »)

Prenons des exemples:

  • Si tu es une femme, que tu t’appelles Maria et que ton père s’appelle Alexandre  Oulinanov, tu deviens Maria AlexandrOVNA Oulianova. Soit Maria fille d’Alexandre, le OVNA marquant le possessif.
  • Si tu es le frère de cette belle Maria, et que tu t’appelles Ivan, alors tu te transformes en…Ivan AlexandrOVITCH Oulianov.

Le FIO est à compléter dans beaucoup de documents résultat quand tu es étranger, on te demande parfois de compléter cette case. Je me souviens d’une fois où je devais remplir un formulaire, et la fonctionnaire me dit, « Mais vous n’avez pas rempli le patronyme » Moi: « je n’en ai pas ». Elle: « comment ça, vous n’avez pas de papa?! » Résultat des courses j’ai du remplir : Constance Michelovna Weill. Oui c’est trop sexy, je sais.

J’ai un mal fou à retenir les patronymes, résultat comme beaucoup de prénoms sont identiques en Russie – flopée d’Alexandre, d’Alexandra, d’ Olga et de Nadejda et j’en passe – on me demande tout le temps: « mais lequel/laquelle?! »

Une autre spécificité des prénoms en russe, c’est qu’ils ont tous des diminutifs.

G – Gérard Depardieu – Жерар Депардье

Ahhh notre bon vieux Gégé. Devenu russe sans bouger le petit doigt. Je l’envie secrètement d’avoir gagné son passeport russe si facilement. Moi aussi je veux un visa à vie!

Qu’est-ce que les russes pensent de ce Gerard soit « devenu » russe?

Bon franchement ils s’en cognent un peu le coquillard. J’ai l’impression que d’un côté, ça les rend fiers, parce qu’il n’y a pas tellement d’européens qui font l’éloge de la Russie, mais d’un autre côté, ça énerve d’entendre Gégé dire qu’en Russie il n’y a pas de chômage et plein de libertés, parce que bon, oui 5% de chômage c’est peu mais il faut voir le niveau des salaires. Bref, que Gégé est un peu loin de la vie du commun des mortels.

Deux belles pubs avec notre Gégé national : la première intitulée pour des…cuisines! Et la deuxième «être fier d’être russe » (c’est le nom de la collection de montres dont il fait la pub.)

 

 H – Hareng sous le manteau ou « en fourure »

« Hein, Y’a quoi sous le manteau? ! »

Keep calm, personne ne fait macérer son poisson sous la doudoune. Quoique…En fait le hareng sous le manteau est une entrée froide typique, se composant de: (âmes sensibles s’abstenir) un lit de pommes de terre, sur lequel dort du hareng froid et des petits oignons avec de la betterave, des carottes, des œufs durs, le tout recouvert d’une bonne couche de mayonnaise teintée violette (cf. la betterave. La mayo en Russie a un goût moins prononcé que la nôtre.)

maxresdefault (1)
Que du light et du plaisir (photo канал семейная кухня на ютюб)

I – Internet – Интернет

Je crois que la Russie est le pays où je suis allée qui a le meilleur internet en termes de rapidité et de couverture. On l’appelle le « Rounet » et franchement c’est impressionnant, le réseau est très bon, accessible partout et surtout c’est pas cher.

C’est qu’il y a une grosse culture de l’internet en Russie à mon sens. Dans un pays de cette taille, c’est à la fois indispensable pour le business et pour que les gens communiquent facilement entre eux malgré les fuseaux horaires différents ou l’éloignement familial. En plus, Novossibirsk est très réputée pour ses programmeurs. Résultat j’ai vraiment l’impression qu’il y a cette culture informatique. (Voir aussi entrée « V » pour découvrir le Facebook russe.)

J – Jalousie – Жалюзи

Rien à voir avec cet affreux pêché qu’est la jalousie. En fait je voudrais parler d’un moment amusant dans la vie quotidienne: ces mots français qui font partie de la langue russe et qui me font toujours sursauter au milieu de toutes ces consonnes et « R » bien roulés.  Quelques exemples de mots complètement copiés-collés  et qui se prononcent comme en français (à la différence près que les sons ON et EN n’existent pas en russe ce qui donne parfois des prononciations un peu tarabiscotées) :

« Jalousie » (ce sont des fenêtres), « Parrrrrdone » (ça fait plus chic que le « izvinitié » russe), « bonne-tonne » (comprenez « de bon-ton »), « laissez- faire », « abat-jour »,  « chièze longue » (chaise longue), « chaffior » (chauffeur), « fourchette » (qui désigne un buffet cocktail !), et un petit dernier pour la route, « borrrdiel » (« bordel ») qui s’emploie plutôt au sens propre. Pour dire « Ah mais quel bordel ici » mieux vaut utiliser « Bardak. »

K – Kéfir – Кефир

Le kéfir est une boisson un peu moins dense que le yaourt et au goût proche du lait caillé. J’adore ça mais je sais que les français sont parfois un peu dégoûtés par ce goût aigre. Avec le kéfir on peut aussi faire des marinades pour la viande ou l’utiliser pour faire des crêpes. Ici j’adore les packagings des packs:

DSC_0104

L – Lavash – Лаваш

Encore un prikol (truc marrant, en russe) entre le français et le russe: le lavache n’est pas une vache mais une sorte de galette de blé toute plate qui sert à enrouler les shawarmas locaux, les brochettes de viande (chachliks) ou les poulets rôtis qui sortent du grill. C’est un produit arménien ( et du moyen orient en général.)

lavash
Lavash arménien (photo site sostavproduktov.ru)

 M – Manucure – Маникюр

Aaaahhhh on aborde la un sujet métaphysico-existentiel. LA manucure en Russie. Je parlerai de la beauté en Russie dans un autre billet parce que c’est tout un poème, mais la manucure en est un aperçu. Les femmes russes sont dans l’ensemble très soignées, et ça passe par la manucure. Il y a un nombre impressionnant de salons du chic au boui-boui mais où ce sera quand même pas mal, de la french à la pose de laque ou de gel en passant par le nail-art. C’est vraiment à la mode et pas super cher. Mes copines y vont régulièrement même celles qui ne sont pas riches. C’est un plaisir beaucoup plus accessibles que chez nous. Avec mes ongles la plupart du temps nus ou transparents j’ai l’impression d’être une pouilleuse. Enfin c’est pas toujours toujours de super bon goût à mon avis. Quelques exemples d’une chaîne de salons de beauté (NABS) où je suis déjà allée:

 

N – Napoléon – Наполеон

« Tu connais Napoléon? » « Euh, le mec en tricorne qui a conquis toute l’Europe au 19ème siècle ? Ouais je crois que ça me dit vaguement quelque chose. »

Un des petits plaisirs des russes, c’est de te rappeler qu’ils nous ont bien eus avec notre petit Napoléon. Je sais pas pourquoi ça leur plaît tant ! Ça, et que les russes se sont payés du bon temps à Paris (NDR : en 1814.) Mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, le personnage est plus sujet à l’admiration qu’au mépris en Russie. Le coup de grâce : un des gâteaux les plus populaires en Russie s’appelle …Tarte Napoléon. Oui, ils l’ont fait. L’origine de cette appellation est très fumeuse, il y a plusieurs versions. Retenez que c’est une sorte de mille-feuille de pâte feuilletée avec de la crème entre les tranches.

торт наполеон.JPG
Tin-Tin! (фото прокухню.ру)

 

000031-ev7dytgpsw
Le Grand Napoléon en pleine crise existentielle…Mais pourquoi je suis un gâteau?..

O – Opéra – Оперный театр

L’opéra de Novossibirsk, situé au cœur de la ville sur la place Lénine, est la fierté de ses habitants. Surnommé le Colisée sibérien, c’est le plus grand opéra de Russie. En 2014/2015 a éclaté une énorme polémique. Le spectacle Tannhaüser de Wagner a été retiré de l’affiche suite aux pressions d’activistes orthodoxes. En effet, en Russie existe une loi qu’on pourrait qualifier d’anti-blasphème. Votée en 2013 elle pénalise “l’offense aux convictions et sentiments religieux.”  A ce titre, on peut parler en Russie d’une forme de néo-traditionalisme. Les valeurs de la famille, la morale sont très encouragées. Répondre en quelques lignes pourquoi est impossible, mais de ce que je comprends, l’absence d’une idéologie politique forte comme l’était le communisme pousse à chercher d’autres valeurs autour desquelles se rassembler. La morale, les valeurs orthodoxes et familiales sont autant de remparts à l’idéologie occidentale parfois représentées comme dégénérative (on aurait que des immigrés et des gays…) Le directeur a été viré et remplacé par un énergumène nommé par Moscou lui-même endetté jusqu’au cou et qui a entrepris de restaurer le théâtre, d’en changer le nom et de modifier le répertoire. Ces restaurations, pas approuvées par le conseil des architectes chargé de veiller à la protection du patrimoine, et la suppression du répertoire des productions les plus intéressantes mais pas du gout des activistes a déclenché l’ire de la société civile locale, avec des pétitions, des manifestations ou encore des séances publiques du nouveau directeur.

P – Pourovik – Пуховик

L’arme de destruction massive incarnée. J’ai nommé la doudoune fourrée en plumes d’animal, qui vous permettra de survivre quand les températures chutent bien, biiiiiien au-delà de zéro.

clacsh (2)

Q – son « k » en russe, alors allons-y pour Kacha – Каша

En cours de français lundi, je demande à mes étudiants ce qu’ils mangent au petit-déjeuner. Cri du cœur de Dacha assise au premier rang : « je mange kacha ! » Encore un pan entier de culture russe. La kacha c’est de la bouillie. Mmh vous avez déjà l’eau à la bouche. La kacha est composée de céréales que l’on fait bouillir avec de l’eau et/ou du lait, et à laquelle on peut ajouter du sel ou du sucre selon les goûts, ou alors, si c’est la fête, du beurre – dicton bien connu en Russie : ce n’est pas le beurre qui va gâcher la kacha, qui veut aussi dire « abondance de bien ne nuit pas » -, de la confiture, des baies, des noix, des bananes, des arcs en ciel et des poneys. La kacha la plus standard c’est celle d’avoine et résultat ce n’est ni plus ni moins que du porridge. On peut aussi faire de la kacha avec du riz, de la gretchka (céréales de sarrasin hyper populaire en Russie), de la semoule, du blé où même de l’orge perlé (rien que ça)…C’est tellement un symbole de la vie en Russie qu’il y a un paquet d’expressions consacrées, par exemple :

  • Tu articules mal ou tu parles de manière incompréhensible: « tu as de la kacha dans la bouche ! »
  • « Tu pédales dans la semoule »,  « tu en fais tout un plat » : « cuire dans sa kacha.»
  • Pas moyen de se mettre d’accord avec lui : « avec lui tu ne vas pas cuire de la kacha !»
  • Quelqu’un de faiblard, incapable de faire face à une situation difficile, un peu comme notre « tu n’as pas mangé assez de soupe ! » : « toi tu n’as pas mangé de kacha ! »
  • Faire quelque chose avec trois fois rien, en utilisant son cerveau et en étant futé : « faire de la kacha avec une hache »
  • Si tes chaussures se désagrègent….elles « demandent de la kacha. » C’est bien connu, des chaussures bien nourries ne vous feront pas faux bond !

 

R – Russe – Русский язык

Est-ce que le russe c’est dur ? Me demande-t-on souvent. OUI. C’est un sujet tellement immense que je compte vous pondre une chronique sur les grandes bases de cette langue un peu plus tard. Affaire à suivre donc.

S – Ski- Лыжи

Un des bons côtés de la vie en Sibérie, c’est que la neige, il y en a six mois sur douze, donc tu as plutôt intérêt à aimer les sports d’hiver ! Le ski de fond est le sport local, on peut soit aller prendre des skis auprès du club de sport de l’unif et skier dans la forêt du campus, ou alors se rendre à l’une des bases du coin. Ma préférée c’est celle de l’institut de physique nucléaire qui a l’air toute droit sortie des années 60. Chaque année s’y organise une compétition de ski de fond:

DSC_2401

DSC_2402

DSC_2430
Mon amie Sacha

T – Tvorog – Творог

J’ai l’impression de ne parler que de nourriture mais bon…Le tvorog est une autre grande spécialité russe, on pourrait le rapprocher du fromage blanc mais selon sa forme – compacte ou en granules – ça ressemble aussi à de la faisselle, ou alors à du yaourt en billes. Ok, c’est pas très clair ! Voici des photos plus démonstratives :

U/Y – Université – Университет

Je vais parler de la mienne : L’université d’Etat de Novossibirsk. La НГУ en russe, à prononcer « N Gué ou » en français. Fondée en 1959 en même temps que la ville elle-même, elle est extrêmement réputée dans le monde pour ses facultés de physique, de mathématiques et de sciences naturelles. C’est un petit monde à part car nous sommes éloignés de la ville – compter environ une heure et demie jusqu’au centre de Novossibirsk, nichés dans un des plus grands campus de Russie au beau milieu d’une forêt sillonnée de petits chemins menant aux différents instituts de recherche et obchiétjitiés (résidence étudiante.) L’université s’est récemment dotée d’un nouveau bâtiment qui ressemble au robot R2D2 de la « Guerre des étoiles. »

V/W – VKontakte – ВКонтакте

VKontakte en russe signifie « en contact » : c’est l’équivalent de Facebook et le réseau social sur lequel les russes passent leur vie. VK comme on le surnomme a été lancé en 2006 par Pavel Durov. Le site prenant trop d’importance dans la vie du pays, Pavel a dit-on été obligé de vendre son entreprise et il vit maintenant à l’étranger. C’est notamment lui qui a co-fondé telegram messenger. A la différence du cousin américain, sur VKontakte on peut écouter de la musique ou regarder des films, c’est le paradis du piratage. Comme sur Facebook, on peut créer des groupes qui fleurissent sur des thèmes allant de l’art soviétique en 1920, au coaching minceur en passant par des groupes d’information. Les informations à propos de rencontres, de tes cours et de ton emploi du temps ou d’événements sont postées sur VKontakte ce qui rend très difficile de s’en passer et c’est parfois très énervant. Si tu ne regardes pas régulièrement dans les différents groupes tu passes toujours à côté de quelque chose car par mail tu n’es informé de rien. Une autre particularité de VKontakte c’est son utilisation pour mettre des photos de soi qu’on a fait faire pendant une photo-session avec un photographe, très populaire ici. Résultat, les pages Vkontakte des filles et jeunes femmes ne sont pas toujours le temple du naturel. Facebook est quant à lui plus répandu chez les personnes plus âgées et a un usage plus professionnel j’ai l’impression. C’est plus un endroit pour débattre qu’un endroit où étaler que tu es beau et que ta vie est remplie d’amour et d’amis.

X – Hare Krishna – Харе Кришна

Je ne pensais pas trouver de secte en Sibérie mais il ne faut jurer de rien. Skippy a ses adeptes dans le grand froid aussi. Bon j’exagère, ce n’est pas une secte mais, dixit l’encyclopédie, « un courant de l’hindouisme qui s’inscrit dans le mouvement de la bhakti, dédié au seigneur Krishna – considéré par le fondateur et les adeptes comme Dieu, la Personne Suprême.» Les fidèles ont tagué partout dans notre petite ville d’Akadem ce mantra et parfois ils sont de sortie. Je me souviens les avoir vus dans la rue alors qu’il faisait -30, vêtus de grands pantalons blancs  – sari ou pagne- et de ponchos orange. Les bougres dansaient ! En même temps, ça réchauffe…Une autre fois, ils marchaient en procession et distribuaient des gâteaux à condition que tu dises « hare Krishna. »

Z – Zima -Зима

Finissons par une note duveteuse. L’hiver ici, c’est environ six mois dans l’année avec des chutes jusque – 40 en janvier en général (voire plus mais je n’ai jamais dépassé ce record.) Contrairement à ce que beaucoup croient, en Russie il ne fait pas froid partout et tout le temps. Au sud par exemple, il fait bon et ne neige pratiquement pas (à Krasnodar par exemple.) A Saint-Pétersbourg il neige bien sûr, mais il pleut surtout beaucoup. A Iakoutsk, en Sibérie centrale, il fait un froid de GUEUX. Le record c’est -69 et il fait régulièrement moins de 40 degrés. En Sibérie occidentale où je vis, en revêtant sa peau de phoque et à dos d’ours, on peut ramper jusqu’au magasin le plus proche pour acheter de la vodka et de la viande de yack…

Naaaaaan je déconne. On peut parfaitement continuer à vivre, il suffit de s’habiller intelligemment et chaudement. Bien entendu ça pique un peu le bout de la truffe et tout le monde ne supporte pas très bien. C’est fatiguant car même une petite marche brûle pas mal d’énergie et surtout il faut bien s’organiser. Guide de survie :

  • Des chaussures adaptées tu porteras : si tu sais que tu vas attendre à l’arrêt de bus, mieux vaut mettre des chaussures dans lesquelles tu ne te gèles pas le gros orteil, sous peine de 1) sauter sur place pendant 20 minutes comme un pingouin épileptique pour activer la circulation sanguine 2) te faire amputer.

gifs-mercredi-pingouin.gif

  • Ta chapka tu ne quitteras point : la chaleur s’évacue par la tête, enlever son chapeau s’est perdre inutilement son énergie. J’en profite pour rétablir la vérité : chapka en russe ça veut dire chapeau. Ce n’est pas nécessairement la toque fourrée à oreilles de Mickey à laquelle on pense immédiatement à l’Ouest.
  • Avec les cheveux humides tu ne sortiras pas, sous peine de les voir se transformer illico en glaçons pour l’apéro.
  • Du mascara water-proof tu utiliseras : pour les filles qui mettent du mascara (les garçons, le mascara c’est le plumeau noir qu’on se met dans l’œil pour allonger ses cils), les différences chaud/froid entre l’extérieur et l’intérieur ont tendance à faire fondre le fard. Contre l’œil de panda : on a pas mieux fait que le maquillage résistant à l’eau.
has-my-mascara
« Est-ce que mon mascara a un peu coulé? »
  • Un chiffon pour lunettes tu conserveras toujours avec toi : si tu portes des lunettes, tu as l’impression d’ouvrir une porte de four dès que tu entres quelque part dixit la buée se formant sur les verres.

Et pour finir, une belle chanson traditionnelle: « O, froid, froid, ne me gèle pas! »

 

Pour plus de bizarreries russes: Cabinet de curiosités russe

Publicités

8 réflexions sur « Mon dictionnaire de la Russie, tome 2 »

  1. Je viens encore de passer un bon moment, en étant en siberie dans mon plumard…
    Helas certaines videos nous sont interdites pour d obscures raisons ..
    J ai transmis à papounet….
    Bsx
    Atol

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s