Une semaine dans le transsibérien – Путешествие по Транссибу

L’an dernier, j’avais pris le train de Novossibirsk à Saint Pétersbourg, le voyage ayant été rythmé par des arrêts à Omsk et à Kazan si bien que les 4000 km parcourus étaient passés relativement vite. En juillet 2016, changement de cap, direction l’est avec comme gare de départ toujours Novossibirsk et comme point d’arrivée Tchita, à 2855 km.  Et cette fois-ci, ce sera sans arrêts. C’est donc parti pour 58 heures de train soit deux jours et demi à voir le paysage défiler sans fin.

dsc04838
des lacs

DSC04806
des rivières…
DSC04850
des forêts…
DSC04861
et des montagnes

 1 – la Gare

Le train part à 22h30 et j’atterris dans la salle d’attente en attendant que la voie soit annoncée. Il y a une spécificité que tout voyageur étranger doit connaître en achetant ses billets en Russie, c’est que les horaires sont toujours donnés à l’heure de Moscou. Les gigantesques tableaux des arrivées et des départs donnent les itinéraires vers l’ouest d’un côté, et vers l’est de l’autre, ce qui donne une idée de l’immensité du territoire.

On y trouve les sempiternels casse-croûtes que vend tout snack russe qui se respecte à savoir :

Le petit pain rond coupé en deux, tartiné de beurre et qu’agrémentent une lamelle de saumon, une feuille de salade déprimée et une brindille d’aneth.

14331577_10206664375503296_184193295_n
Délice n°1

Un hot dog, ou plus littéralement « une saucisse en pâte » qui parfois, sera assaisonnée de mayo et d’aneth (qui vous rappelle bien que vous n’êtes pas à Broadway, mais bien en Russie)

14365243_10206664375383293_501022603_n
Délice n°2

Et le fameux petit pain rond recouvert d’une tranche de salami.

14365301_10206664313861755_1172266299_n
Délice n°3

 

Dans l’un des fauteuils moelleux du coin bar, un gugusse fait sa nuit ce qui lui vaut les remontrances de la patronne

 

Arrivée sur le quai, le responsable (provodnik) du wagon qui va me servir de maison pendant les trois prochains jours vérifie les papiers d’identité des passagers avec les noms des passagers ayant une place à bord. Il me glisse une question des plus rassurantes:

Lui: « Vous n’avez pas peur de voyager seule ? »

Moi: « Euh non, il faudrait ? »

Sur le quai d’en face, des gens d’Asie centrale s’agitent sur une montagne de ballotins, de sacs et de cartons

14359639_10206673297246334_1835145925_o

 

2- Les arrêts en gare

DSC04836

DSC04802

DSC04801

DSC04795

DSC04791

dsc04922

Les gens qui sont depuis longtemps dans le train profite de l’arrêt de 45 minutes à la gare de Novossibirsk pour :

Manger une glace

14237558_10206608171578233_4628226038168614974_n

Parenthèse: la Russie est le seule pays où j’ai vu manger des glaces même par moins 38 degrés. Les kiosques sont ouverts dans la rue même en hiver.

 

Faire une photo souvenir à côté d’ours…

dsc04914

 

Se peloter sur le quai

14370142_10206671402598969_4476419200841384660_n

 

Fumer

14356045_10206668389683648_1632491667_n

On peut aussi acheter des en-cas sur le quai (avec des assortiments plus ou moins étoffés – œufs durs, chou marine, lait fermenté, petits pains, glaces ou même soupe) ou, dans les gares où les arrêts sont plus longs, on peut courir au supermarché le plus proche de la gare pour se  ravitailler.

Ou encore faire une pause gastronomique en se régalant d’un dochirak

dochurak

Dochirak, ça sonne un peu ancien président de la république, mais ça en est très éloigné. Importés par les chinois en Russie, le dochirak est une soupe lyophilisée qui a connu un succès de fou car ça ne pèse pas lourd lors d’un voyage en train et que c’est bien nourrissant. Dochirak c’est en fait le nom de la marque les produisant, mais l’appellation est passée dans le langage de tous les jours, un peu comme frigo ou kleenex, enfin vous voyez le topo. Pour le préparer, Il suffit d’aller ajouter dans la barquette en plastique de l’eau bouillante qui coule à volonté au gros samovar placé en bout de wagon.

DSC04841
Le samovar du train

 

L’étendue gustative du dochirak n’est pas pléthorienne, on a au choix :

  1. Des nouilles au bœuf piquant
  2. Des nouilles au poulet
  3. De la purée de pomme de terre aux croûtons et au « goût de poulet » (oui oui, au goût seulement, de poulet vous ne verrez point la couleur)

Il y a bien sûr des petites variantes mais ça c’est la base.

On peut accompagner ses nouilles  de plein de choses, ce qui vous donne une table typique à bord du train :

 

14393827_10206672540667420_291747696_o

 

 

3 – L’organisation du train

Dans le train il y a plusieurs classes, mais je voyage dans l’habituel poulailler qu’est le platzkart et qui est la version la plus économique.

DSC04824
Du couloir
DSC04844
et encore du couloir

Autant vous dire que les orteils dépassent parfois sérieusement des banquettes et l’expression « prendre son pied »  prend une toute autre signification.

Il a des toilettes avec un petit lavabo de chaque côté du wagon. Loi de Murphy oblige, c’est comme à la caisse du supermarché, de votre côté ça avancera toujours moins vite, et quand vous changez de file, ça avancera de l’autre côté.

14393988_10206671839689896_1854293284_oLa place à ne jamais prendre est moins cher de 30% que les autres, mais ce n’est pas sans raison : vous aurez la porte qui claque, les gens qui vont et viennent pour fumer, ceux qui rechargent leur téléphone à la prise ou encore qui téléphonent, sans oublier les allers venues des toilettes.

Du côté du Samovar, il y a une petite cabine où travaille le provodnik. C’est là qu’il faut aller chercher sa tasse et où l’on peut acheter des en-cas. Juste à côté, il y a la cabine privée du provodnik, où l’un des deux provodniks se repose pendant que l’autre est en service.

Comme c’est bien pensé, il y a plein de ruses organisationnelles dans votre carré :

– La table au milieu : il y a un crochet pour accrocher sa poubelle. Bien que souvent chacun ait sa poubelle perso.

– Chacun à son gros sac de survie alimentaire par terre. Mettez le vôtre le plus près du couloir pour un accès privilégié à vos nouilles préférées.

– Sous les banquettes du bas il y a de grands espaces de rangement, sinon au-dessus des banquettes du haut.

– Côté couloir, il y a une petite plaque métallique le long de la rampe pour hisser son derrière sur la banquette du haut d’où vous aurez cette superbe vue vous donnant l’impression d’être une sardine à l’huile ou à la rigueur un chproti en boîte.

DSC04820

DSC04818

– Il faut être souple pour se hisser sur la banquette du haut. Une dame d’un certain âge qui avait pris cette couchette lance un Старость не радость! (en russe ça rime et ça veut dire « la vieillesse c’est pas la joie », soit « vieillesse, tristesse ».)

– On peut mettre une serviette en papier sur sa tasse pour éviter de trouver les cheveux du voisin dedans.

– Pour ses affaires de toilettes, prenez un sac avec anses. C’est dix fois plus pratique pour l’accrocher au porte manteau des toilettes, plutôt que de poser sa trousse sur le bord trempé du lavabo.

– On peut conserver le sac en plastique des draps pour en faire une poubelle d’appoint, une nappe ou encore pour y mettre son téléphone portable que vous pourrez ainsi recharger en pendant ce même sac à la fenêtre près de la prise.

– On peut régler la radio avec un gros bouton au-dessus de la fenêtre.

– Le ménage est régulièrement effectué par le provodnik. Ma voisine lui demande:

« Pourquoi dès qu’on commence à manger, le provodnik se met à nettoyer ?!»

« Nan, c‘est quand je commence à nettoyer que les passagers commencent à avoir faim ! Même la nuit, j’ai vérifié ! »

 

4 – Les spécimens du wagon ou la comédie humaine

dsc04822

 Comme dans n’importe quel endroit où vous êtes obligés d’entrer en interaction avec des inconnus, vous finissez par construire quelques idéaux-types de vos co-voyageurs. J’appelle donc:

 

a- Celui qui veut fumer coûte que coûte 

Devant les toilettes-lavabo, le seul endroit où tu peux faire ta toilette pendant ton trajet en train, un homme engage la conversation :

« Le conducteur me dit, 100 roubles et tu peux fumer ! Ah bah nan, moi je préfère fumer dans les toilettes »

Oui bah merci sympa on avait remarqué, tu embaumes tout le wagon avec ta clope…

b- Le pudique qui s’est construit sa cabane en cernant sa couchette d’un drap.

Rien ne filtre, même pas un orteil

c-  La voisine qui parle, parle…et qui a un avis sur tout

dame (2).jpg

d- Celui qui attend que la lumière s’éteigne le soir pour se faire un dochirak.

(et oui, il y a extinction des feux forcée vers 23h, pas le choix que de faire dodo)

e- Les joueurs de cartes invétérés qui jurent comme des charretiers

joeurs (2).jpg

Ils s’organisent des régalades pas possibles. Poulet mariné, œufs, pommes de terre, boulettes de viande, café, bouteille de lait et petits gâteaux…Je ne comprends pas d’où ils sortent autant de nourriture pendant ces trois jours.

DSC04921

f- La dame qui mange des gâteaux et des bonbons toute la journée

Ma voisine lit ainsi des romans à l’eau de rose toute la journée en s’éventant et en grignotant des biscuits avec son thé.

14264207_10206608171538232_1101091841953128091_n

G- Le groupe d’écoliers survoltés

Le pompon ça a été l’équipe de jeunes vélocipédistes revenant de compét. Imaginez 20 ados pré pubères, trois filles et leurs 23 vélos et tout leur barda. Ça fait beaucoup (trop) d’hormones. Ca ricane, ça fait du bruit, ça mange des nouilles à toute heure de la journée, ça joue aux cartes, regarde des vidéos. C’était LONG. Très long. Surtout qu’un bonheur n’arrivant jamais seul, la climatisation ne marchait pas pendant ce retour, et j’étais dans le carré avec la fenêtre à briser en cas d’accident, qui, COMME JE NE LE SAVAIS PAS, ne s’ouvre pas. 30 degrés confinée dans un wagon avec la colo de vacances restera un souvenir particulièrement moite de mon existence.

dsc04920
Aec le vélo entre les deux rangements du haut, pratique, pas encombrant…

H – l’Enfant avec un grand E

La petite famille. Une maman monte avec ses deux enfants, une grande fille à l’air blasé et son fiston, une petite boule qui a pas arrêté de chouiner pendant les 8 heures de voyage avec lui. Le point culminant fût la crise de jalousie parce qu’il a cru que sa sœur avait eu un snickers de plus que lui. (alors qu’il était déjà si replet qu’il ne pouvait pas se hisser tout seul sur la banquette du haut.)

gamin-2

 

Et puis j’ai même eu un collectionneur de pièces qui a sorti son énorme album !

4 – Meubler le temps

Le paysage défile à longueur de journée, on passe des champs, aux forêts, aux lacs et au sublime Baïkal qu’on longe quasiment toute une journée.

Datchas, serres, potagers….

DSC04846

DSC04839
Le long du Baïkal

dsc04809

Lors de ma deuxième journée de train mes voisines sont très bavardes. Je leur explique comment fonctionne le système éducatif en France, puis on parle :

14256694_10206605055180325_1244105597_n-2
Escargot
14256409_10206605055460332_1473792687_n
Boeuf bourguignon
14341437_10206664312941732_1839295797_n
et foie gras!

Que du léger de la cuisine française en somme…

Sinon on boit du thé, beaucoup de thé…

dsc04812

Le long du Baïkal, une dame vend de l’oumoule, poisson qu’on ne trouve que dans ce lac, le plus grand et profond d’eau douce au monde et qui se déguste fumé.

dsc04859

dsc04856

Ma voisine est prof de dessin, elle me donne un petit cours de croquis

On arrive à Oulan Oudé, la capitale de la Bouriatie. Je n’en verrais pour l’instant que la gare.

dsc04878

carte final (2).jpg

Je suis rejointe par Tonia, le témoin de mon amie Nadia, on continue notre route vers le mariage

dsc04884

Un wagon de Zeks – prisonniers dans le jargon- est raccroché à notre train. La Sibérie a toujours été une terre d’exil, les décabristes en 1825, Dostoïevski en 1849, les camps au 20ème siècle…Notre destination finale, Tchita est d’ailleurs connue pour être une ville criminelle, notamment à cause des prisons qui s’y trouvent. Le lendemain matin, on sera enfin arrivées à Tchita, et de là nous attendent encore 3 heures de route vers Mogoytoun d’où est originaire Nadia et où a lieu le mariage. En attendant, c’est bientôt l’extinction des feux…

dsc04882

La suite avec la campagne perdue et ses toilettes au fond du jardin, et of course, le mariage russo-bouriate.

 

Textes et photos -Constance

Dessins – Fanny

Publicités

22 réflexions sur « Une semaine dans le transsibérien – Путешествие по Транссибу »

  1. Formidable relation de ce voyage peu ordinaire! Et passionnant. Faire TOUS ce milliers de Km âvec toi et sur un portable ! Que de bonheur! Merci merci Et LA suite au prochain numéro! Apres cela, on a l’impression de rien avoir à raconter d’intéressant ! Donc stop pour moi qui suis seulement â Paris ! Et Bien au chaud par 0 degré !!! Énorme BiSe de Vero.

    J'aime

  2. С удовольствием читаю Вас! Однажды я ездила на поезде Новосибирск-Краснодар..4 дня. Одни воспоминания!

    J'aime

  3. Я, конечно, извиняюсь, но Транссибирская магистраль не проходит через Санкт-Петербург))) а исторически это отрезок от Миасса до Владивостока (там может и на 6 дней пути накопиться).
    В остальном, все правда. Я ездил на поезде по маршрутам Омск-Москва и Омск-Владивосток (и обратно оба раза). Незабываемо. Всем советую, но повторять, наверное, уже не стал бы)))

    J'aime

      1. OLA ! Constance merci pour ce voyage virtuel et à toi bonne traversée de tous ces paysages mais à grande allure !!
        Porte toi bien et……..a la revoyure dans X années ! Mais en tout cas bon Noel et joyeuses fêtes de fin d’année avec plein de voeux de bonheurs pour 2018. ENORMES BISES DE VERO

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s