La mer en Sibérie

A trente kilomètres du centre de Novossibirsk, il y a la mer, ou plutôt ce que ses habitants appellent la mer d’Ob. En réalité c’est un immense réservoir d’eau construit dans les années 1950-1960 sur la rivière Ob avec sa centrale hydroélectrique qui permet d’alimenter en électricité une partie de la ville. La centrale a donné son nom au quartier qui l’abrite, « Guèss» en français. C’est un quartier dortoir. Lorsque l’on s’y rend, impossible de rater l’immense mosaïque de trente et un mètres cinquante sur neuf à l’entrée de la commune, à la forme allongée et arquée. Elle a été restaurée il y a quelques années, alors qu’elle tombait vraiment à l’abandon à ce qu’on m’a raconté. C’est parfois triste de voir ces anciens panneaux, palais de la culture ou encore enseignes soviétiques tombés en désuétude comme si c’était des reliquats inutiles d’une autre époque.

Intitulée « Les vainqueurs de l’Ob », elle est l’œuvre – encore une fois – de Vladimir Sokol et rend hommage aux hommes et femmes qui ont construit le réservoir et la centrale. Les motifs sont relativement inhabituels car chaque personne représentée l’est en gros plan et surtout, semble emprunter ses traits à une personne de chair et d’os contrairement aux mosaïques soviétiques aux traits souvent impersonnels. Et ce n’est pas un hasard, car au moins deux des hommes représentés ont existé.

dsc_0375
Le scaphandrier Aliferia Matrinov

En haut à droite, l’homme au regard noir en scaphandre s’appelait Aliferia Matrinov. Lorsque le mosaïste dessina le panneau, Aliferia était encore en vie. C’est son apparence qui le fît choisir par l’artiste : jeune, fort et bien bâti, il était le candidat idéal pour être le modèle d’une mosaïque à la gloire de la construction de la centrale par le gouvernement soviétique. Mais le 29 octobre 1970, alors qu’il était chargé de réparer une fuite, le scaphandrier est noyé sous une pression de seize tonnes d’un tuyau qui cédât.

Plus bas au centre du panneau, le jeune homme aux grands yeux bleus et aux lèvres charnues s’appelait Andreï Siedrioukov et travaillait comme monteur hydraulique sur le chantier. En 1957, une estacade temporaire avait été construite sur la glace mais les températures printanières de la fin du mois d’avril la firent céder. Tous les ouvriers travaillant sur la structure eurent le temps de s’enfuir mais trois d’entre eux ne se rendirent pas compte de l’effondrement de la structure. Un des monteurs qui était déjà à bonne distance de la construction se rapprochât pour les prévenir du danger ce qui permit de les sauver. Cet ouvrier, c’était Andreï. Agé alors de 26 ans il disparût dans les eaux dans la nuit du 30 avril au 1er mai en sauvant ses camarades. Son corps ne fût jamais retrouvé mais une rue porte son nom en souvenir dans le quartier.

dsc_0376

Le jeune monteur Andreï Siedrioukov

Les autres personnages n’ont quant à eux pas livré leur identité, notamment cette mystérieuse jeune fille à l’image romantique portant une blouse fleurie et brodée de cœurs, représentée de manière peu conventionnelle par rapport aux mosaïques soviétiques habituelles où les femmes sont plus souvent dépeintes en mères courage, défenseuses de la patrie, soldates ou encore ouvrières qu’en icône slave sortie tout droit d’un conte folklorique.

dsc_0377

dsc_0373
détail du panneau

Le mosaïste a aussi laissé en ville l’œuvre « le travail » à la sortie du métro « Lanterne rouge »

dsc_0452
dans Novossibirsk

Quelques photos aux abords du réservoir

 

dsc_0367
Palais de la culture de Guess
dsc_0392
mon amie Sacha
dsc_0388
aux héros qui ont construit la centrale
dsc_0368
Palais de la culture
dsc_0370
à l’entrée du quartier de Guess
dsc_0384
Le nom du quartier est écrit sur une pale d’hélice de la centrale hydroélectrique

dsc_0400

dsc_0402
la mer d’Ob
dsc_0404
mémorial aux soldats de la grande guerre patriotique 1941-1945

dsc_0405

dsc_0409
aux soldats morts en Afghanistan, en Tchétchénie

dsc_0410

dsc_0411

Et en hiver la mer d’ob ressemble à ça: Théophanie: -35 degrés et une bonne baignade- Крещение

Publicités

2 réflexions sur « La mer en Sibérie »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s