Dictionnaire de la cuisine russe

Je ne pensais pas faire d’article sur la cuisine russe car on trouve déjà pas mal d’informations sur internet à ce sujet, mais comme les questions qu’on me pose le plus souvent sont « c’est bon la nourriture russe », « c’est quoi les plats typiques ? », « t’as goûté du caviar ? » (la réponse est non, désolée !), « tu sais cuisiner des plats russes? » (là par contre, je suis la reine des blinis et du bortsch !)…J’ai donc pensé qu’un petit tour d’horizon gastronomique ne ferait de mal à personne.

 

D’autant plus qu’après étude approfondie du sujet (merci Google), ce qu’on trouve dans les articles déjà publiés parlent de spécialités un peu clichés – genre le koulibiaka et la vodka, qui malheureusement ne font pas partie de ma ration alimentaire quotidienne. Cette liste ne se veut ni exhaustive, ni objective, mais le condensé de trois ans d’expérience culinaire en Sibérie. Avant de commencer, quelques petites précisions d’ordre général.

 

  • Premier point, je dirais que définir la cuisine russe n’est pas chose aisée car il y a tellement d’ethnies dans ce pays, que beaucoup de plats et de produits du quotidien proviennent parfois de pays slaves bien qu’on les réunisse souvent sous l’adjectif de « russe », alors qu’ils sont ukrainiens, lituaniens… On trouve aussi beaucoup de produits d’Asie centrale, proximité oblige, et après tout ce sont d’anciennes républiques socialistes, et en Union soviétique la nourriture s’exportait aussi.

 

60 лет СССР
Tous copains!

 

  • Les repas de fête ne se prennent pas du tout comme en France. Parfois je me dis qu’on est un peu psychorigides, nous les français, avec cet ordre si réglementaire « entrée – plat – fromage – dessert – café». En Russie d’après ce que j’ai vu, on apporte d’abord les « zakouskis » – apéritifs froids et chauds – puis on passe au plat principal et enfin au dessert, mais à chaque étape on laisse tout sur la table pour que les gens continuent de se servir, alors qu’en France vous ne verrez pas l’entrée traîner avec le fromage. On boit du thé et/ou de l’alcool tout le long.

 

78314785_large_Vladimir_Lyubarov__U_Petrovnuy_yubiley
Vous voyez, les concombres marinés traînent avec le pudding ! Peinture de Vladimir Lioubarov, « Au jubilé des Pietrov »

 

Souvent on trouve aussi des fruits coupés du début jusqu’à la fin, ce qui peut sembler bizarre quand on mange une escalope croustillante « à la Kiev » ! Autre différence, les plats sont tous posés sur la table, on ne se les passe pas de main en main comme chez nous. En ce sens, ça ressemble beaucoup plus à un service à l’asiatique où chacun se sert directement dans les plats posés sur la table. L’avantage c’est qu’on n’a pas besoin de demander pour avoir le droit de se resservir !

 

Au départ quand je ne savais pas que ça se passait comme ça, j’étais déjà gavée comme un canard se préparant pour Noël au moment des zakouskis, puis je voyais arrivés avec effroi les plats chauds… Et forcément tout le monde veut que tu goûtes à tous les plats. Il y a plein de blagues en Russie sur les grands-mères qui gavent leurs invités. Prévoyez de suçoter une pomme et un radis dans la journée pour être d’attaque au repas.

Allez c’est partie pour cet abécédaire culinaire !

A

Aspic –  Холодец

Ça c’est ma hantise. Vous visualisez l’espère de viande en gelée du charcutier traiteur ? Ça s’appelle de l’aspic, et c’est l’équivalent du « kholodets » russe. J’ai jamais goûté et sauf cas de force majeur, n’ai pas prévu de la faire.

rolodets
Ne me remerciez pas pour la photo.

Aneth

L’aneth c’est un peu l’équivalent de notre persil ou de nos herbes de Provence, on en met souvent dans les plats. Mieux vaut ne pas y être allergique en Russie car on vous le proposera dans les soupes, on le glissera dans votre kébab, et on en saupoudrera vos raviolis. En russe ça se dit « oukrop » – укроп.

B

Le pain borodinsky

En Russie, le pain noir est tout à fait commun, pas comme chez nous où, même s’il y a eu des progrès, il reste dans l’ensemble moins accessible que le pain blanc. Le plus connu c’est sûrement le borodinsky, il se prépare avec de la farine de seigle et il est recouvert de petites billes de coriandre – la coriandre est en effet constituée des feuilles que l’on connaît bien comme herbe aromatique, mais aussi de la graine utilisée comme épice (merci grand-mère Constance pour ces précisions botaniques).

Il y a une légende qui dit que le pain s’appelle comme ça en référence à la bataille de la Moskova (quand Napoléon a battu les russes en 1812), près du village de Borodino. Dans ce village, le monastère fabriquait du pain destiné aux soldats. C’est certainement une légende.

On peut noter qu’en Russie les « pains » ont toujours cette forme reconnaissable de brique, même sur « Vkontakte », le Facebook russe, l’émoticône à cette forme. C’est qu’en URSS et jusqu’à aujourd’hui il y avait des « GOST », soit des standards de poids et de forme pour tout…Le pain n’y échappe pas. Bien entendu on trouve d’autres formes, mais celle-ci est vraiment classique.

pqin

Bortsch

C’est l’un des plats les plus connus en Russie, même s’il paraît que c’est un emprunt aux ukrainiens. J’avais déjà écrit un article très détaillé avec recette à l’appui ici.

DSC_5220re

 

Blinis

L’heure est venue de démystifier une réalité. En Russie les blinis ne sont ni plus ni moins que des crêpes, peut-être un peu plus épaisses seulement. Je ne sais pas d’où vient cette confusion. Ce qu’on appelle en France des blinis, je pense que ce sont les « oladis » ou «  oladichki  »russes, des petites galettes épaisses. Ils se préparent avec du kéfir, une sorte de lait fermenté, qui fait lever la pâte et qui donne aux oladis cet aspect de petite galettes bombées. Ici les blinis ne se préparent pas vraiment comme nos galettes salées, les garnitures sont moins variées – le plus souvent c’est au fromage et au poulet, ou au poulet-champignons-crème, ou au bœuf et aux oignons, ou encore au saumon.

Elles ne sont pas pliées en deux ou en triangle, mais roulées. La première fois que j’ai cuit un œuf directement sur une crêpe mon copain m’a regardée comme si je venais de lui jeter une limace au visage. Version sucrée, le Nutella n’étant pas du tout un produit du quotidien ici (les pauvres), les blinis sont le plus souvent au miel ou à la confiture.

 

oladii-9
Et ça ce sont des oladis!

Bière

Encore un cliché à démonter. Les russes boivent plus de bière que de vodka !

En jaune la part de la bière dans la vente totale d’alcool, en bleu celle de vodka et de liqueurs. Sources aif

On peut l’acheter en supermarché ou alors dans un « pivnoy magasin» – magasin de bières (pivnaya c’est là où on peut aussi boire sur place). Ça mérite le détour, car je n’ai pas vu d’équivalent en France. D’habitude, il y a un grand panneau avec toutes les bières disponibles au « razliv » c’est-à-dire au fût. La bière est versée dans une grande bouteille en plastique, et comme ils ont pensé à tout, on peut même lui ajouter une petite poignée pour se balader avec !

4ce34ce4c89c95f5caf6baa8a286870b
Bière à poignée portative

Dans ce genre de magasins on vend souvent la panoplie complète de zakouskis qui vont avec la bière : des poissons fumés, des poissons séchés, du fromage en fils super salé, toutes sortes de croquettes (ça ressemble vraiment à des croquettes pour chats, carrément pas ragoûtant !) Il y a des pseudos-règles du zakouska en fonction de l’alcool consommé: si c’est de la bière, c’est plutôt poisson fumé et croquettes, si c’est vodka, concombres et champignons marinés russes. Mais c’est plutôt une question de goût. Ce qui est marrant dans les pivnoys, c’est qu’à la caisse, sous verre, on trouve en général des préservatifs, des chocolats et des bonbons pour enfants. Pas de jaloux !

croauettes et poissons
C’est la fête de la croquette!

 

Il n’y a pas longtemps, une loi est passée interdisant la vente de bouteilles de bière de plus de 1,5 litre. Je me souviens d’une femme à la pivnaya beuglant que « put***, ça l’empêcherait pas, put***, de boire autant qu’avant put*** ! ». Tout un poème.

Bousis

J’en avais déjà parlé dans mon article consacré à la Bouriatie, une province bouddhiste de Sibérie. Les « bousis » appartiennent à cette grande famille des raviolis à la viande de toutes les formes possibles et imaginables qu’on trouve en Russie et dans les pays d’ex-URSS. Il faut un peu d’entraînement avant de pouvoir tous les différencier…

Sauras-tu relier les associer les noms à leur ravioli ? Mantis, bousis, khinkalis, pelmenis, varienikis.

tous les raviolis (2).png

Bouterbrod

Les germanophiles reconnaîtront ce mot (butter – brot – pain beurré) soit sandwich. En Russie le buterbrod c’est pas vraiment notre baguette jambon beurre ou le club sandwich, mais plutôt un petit pain sur lequel est posé la garniture, souvent du fromage et /ou de la saucisse, comme ceci !

C

Сompote

La première fois que j’ai commandé une compote dans un café fût un grand échec. On m’a apporté un verre rempli d’un liquide brunâtre dans lequel marinaient des fruits secs ! En fait la compote en Russie ça n’est pas du tout une purée de fruits, mais une infusion chaude ou froide,  sucrée, à partir de baies ou de fruits.

компот
…dans les bocaux russes si reconnaissables!

Сhprotis

Се sont des petits poissons fumés puis marinés dans l’huile et qu’on achète en boîte de conserves. Apparemment, c’est letton…On les retrouvent souvent serrés en rang d’oignon sur du pain noir beurré, c’est assez raffiné et on n’en mange pas tous les jours mais par exemple au nouvel an russe.

chproti

Chachliks

Ca c’est vraiment une spécialité, dès le printemps tout le monde veut saisir la moindre opportunité de faire des chachliks à la datcha, à la plage ou juste n’importe où du moment qu’on peut faire un feu (petit côté Cro-Magnon des hommes russes quand il s’agit de manger de la viande en plein air). Ce sont des brochettes de viande marinée qui viennent du Caucase. On peut aussi en faire en hiver bien sûr, et il y en aussi dans certains restaurants où on peut les commander au mètre…comme ici !

IMG_20171103_201716

 

Chou

Alias le meilleur ami de la cuisine russe hivernale. Autant vous dire que tomates et concombres poussent pas trop par -30 degrés, et ceux qu’on trouve d’importation sont soit pas très bons, soit coûtent un bras. Donc ici, manger des produits de saison c’est plus une obligation qu’un choix écologique. On peut le cuisiner de plein de manières différentes (dans le bortsch, dans les goloubsty, rapé en sauce tomate avec des carottes, en salade froide….Sky is the limit !) Pour se consoler, en Russie on dit que les femmes qui mangent beaucoup de chou ont une forte poitrine. (Le premier qui fait une réflexion…)

recepty-kvashenojj-i-marinovannojj-kapusty
Kvachienaya kapousta – chou fermenté; une des nombreuses formes sous laquelle on le trouve

Chi

Pas le mot le plus appétissant qui soit vous en conviendrez, mais derrière ce terme se cache une soupe au chou (oui, lui encore), de carottes, d’oignons et de pommes de terre dans un bouillon de viande. En Russie vous l’aurez compris, les soupes, on aime. C’est à la fois économique, rassasiant et réchauffant (Grand-mère Constance, sors de ce corps !). La soupe est souvent proposée en entrée dans les cafétérias ou les restaurants. Avec le bortsch, la soupe de champignons à la crème, le « salianka » ou encore la soupe « oukha », le chi est sûrement une des soupes les plus courantes.

chi

Côtelettes

En Russie c’est l’un des plats les plus communs : on le trouve toujours dans les cafétérias et cafés. Mais attention, rien à voir avec les côtelettes grillées au barbecue, les côtelettes locales ce sont des boulettes de viandes ou de poisson qui peuvent être cuites au four, à la poêle, en sauce ou à la vapeur. On les prépare en mélangeant de la viande hachée avec de la mie de pain, du lait et parfois de l’œuf et des oignons.

DSC_0292

DSC_0332
Côtelettes are coming!

Dranikis

Les dranikis ressemblent beaucoup aux rosties américains. Ce sont des pommes de terre passées à la moulinette et qui ressortent en tubes fins. On les écrase ensuite pour former des petites galettes et on les cuit dans l’huile à la poêle.

kartofelnye-draniki-s-ovoshhami
Et un peu d’aneth pour la route

E

Epices – pain d’épices

Ce pain d’épices n’a pas exactement le même goût que celui qu’on trouve en France car la farine de seigle est souvent utilisée dans sa préparation, donnant à la friandise un goût un peu âcre. Le plus souvent il est rond et assez gros, à découper, ou en bouchées individuelles qu’on achète en sachet, ou encore en barre rectangulaire qui ressemble un peu à une brique plate !

prianiks

6b3a277c051b71d0cdde041f6de4cc0d
Prianiks de compétition

Le prianik est parfois fourré au milieu avec de la confiture, et le plus souvent il a cet aspect glacé blanc. Surtout le prianik est manifaïk avec ces beaux dessins moulés dans le bois ! Ca en fait un très bon et beau souvenir à rapporter de Russie.

La ville de Toula, pas très loin de Moscou en a fait sa spécialité et a même un monument à sa gloire :pamyatnik-pryaniku-tula-1

Pour l’anecdote, Toula est aussi la ville du samovar, et Tchekov disait « qu’emmener sa femme à Paris, c’était comme d’emporter avec soi un samovar à Toula. » Ahh, féminisme, quand tu nous tiens….

F

Fricadelle

Je me souviens qu’à l’époque où je vivais et travaillais aux Pays-Bas, à la gare il y avait un kiosque à fricadelles, au rayon surgelés il y a avait des fricadelles. La fricadelle était partout. En Russie ce n’est pas à ce point, mais ça fait partie dans une moindre mesure du quotidien culinaire avec les côtelettes. Ce sont…wait for it… des boulettes de viande allongées ou rondes ! On les trouve bouillies dans les soupes, ce mode de cuisson constituant la différence principale avec les côtelettes.

Ovoshhnoj-sup-s-frikadelkami-1-280x200
Soupe aux fricadelles

G

Gretchka

La gretchka. L’or noir ! Ce sont des graines de sarrasin, on peut la cuisiner en ajoutant des champignons, ou des petits oignons, ou des carottes râpées. La gretchka c’est vraiment un des produits de base – elle est même comprise dans le panier du consommateur pour les statistiques sur le niveau de vie. Alors son coût est suivi de près car c’est un indicateur important du niveau de vie. Et puis j’ai l’impression qu’il y a un peu un facteur psychologique sur ce produit typique : quand le prix augmente, c’est mauvais signe. Notamment en 2014, au moment où la crise s’est installée en Russie, le prix au kilo de la gretchka a beaucoup augmenté, les gens ont alors fait des stocks provoquant des pénuries temporaires.

Goloubtsi

Ce sont des boulettes de viande enrobées de chou (oui, encore lui.)

goloubtsi

 H

Hareng sous le manteau

Seledka-pod-shuboy-s-yablokom-7

Ah s’il n’existait pas, il faudrait l’inventer. C’est une salade composée d’une couche de hareng salé coupé en dés, recouverts d’une couche de pomme de terre et des carottes, d’une couche d’oignons, d’une couche de betterave et d’une couche de mayonnaise.

mr preskovitch

K

Kéfir

Le kéfir c’est un produit du quotidien puissance mille. Ça ressemble au lait fermenté qu’on trouve parfois dans les épiceries arabes. Un été en France, le kéfir manquait à mon copain, on a cherché et on a trouvé quelque chose de proche, du « Yorik » de chez Yoplait !yorik

 

Kissel

Le kissel ressemble un peu à la gelée britannique, il est préparé à base de fruits (souvent des fruits rouges), de  sucre et de fécule ou d’amidon pour épaissir. On peut le consommer chaud ou froid, liquide ou solide. De ce que j’ai vu, le kissel est le plus souvent bu en dessert.

Kvass

Je me souviens, j’avais lu en France un roman de Vladimir Sorokine – une journée de la vie d’un opritchnik  – dans lequel le héros parlait super souvent de kvass, et j’avais du mal à m’imaginer ce que c’était. Le kvass c’est une boisson fermentée, on peut l’acheter ou la prépare soi-même, comme mon copain m’en a fait la démonstration (j’aurai préféré ne pas savoir comment ça se prépare finalement.) On prend de vieux croûtons de pain passés au four, noir de préférence, (ça commence mal dîtes-vous ?), on les mélange avec de l’orge on ajoute de l’eau, du sucre et de la levure et on met le tout dans un  gros bocal en verre, qu’on ferme avec un tissu qui permet à l’air de passer, et on attend le miracle. Cette mixture va fermenter, faire des blops et les morceaux de pain vont remonter vers la surface. Ensuite on filtre la potion, et tin-din, on a du bon kvass !

kvass
Apéttissant n’est-il pas?

 

On peut le boire comme boisson ou même le mélanger à des légumes pour cuisiner une soupe d’été rafraîchissante appelée okrochka.

 

Konfietis

S’il y a quelque chose que je ne savais pas avant de vivre en Russie, c’est à quel point les russes aiment grignoter des petits bonbons et des gâteaux avec le thé. Les « konfietis » sont des bonbons souvent enrobés de chocolat, on peut les acheter au poids dans les « konditerskaya »  ou en sachets au supermarché. Ce ne sont pas des bonbons ressemblant aux petites gelées à la Haribo, mais plutôt à nos papillotes de Noël. Voici quelques exemples pour vous faire une idée:

 

L

Lait concentré – sgouchonka

Vous vous souvenez des petits berlingots remplis de lait concentré  avec des dessins de hamster qu’on mangeait à la récré?berlingot-tic-et-tac1

La sgouchonka c’est ce même lait concentré, qui, une fois cuit, prend une teinte brune et un petit goût de caramel. On peut par exemple en garnir les blinis. Une de mes friandises préférées ce sont les « noix au lait concentré », des petites coques de pâte sablée remplie de sgouchonka.

Biscuits with condensed milk in a transparent plate, closeup

 

Liepochka

Dans la cuisine d’Asie centrale, j’appelle le liepochka. C’est un pain rond souvent recouvert de graines de sésame et qui est cuit dans un four tandoor. C’est super bon avec des brochettes de viande par exemple.

 

liepiochkq
Salut toi!

 

Lagman

Le lagman c’est une soupe que l’on peut manger dans les restaurants de cuisine d’Asie centrale. C’est hyper bon, cuisiné à partir de bouillon de viande, de légumes et de viande  et d’épices et surtout de pâtes fraîches. Par contre manger ces nouilles qui font deux mètres c’est moins glamour !

Lagman

M

Mayo

Ahhh la mayo…Autant les français aiment la moutarde, autant la mayo c’est vraiment le paradis blanc russe ! Elle se cache sournoisement dans des endroits complètement improbables. Je me souviens qu’au buffet de la cafétéria de l’université, quand je ne parlais pas encore russe, je prenais toujours le poisson à la crème avec du riz. Et puis le jour où j’ai pu aligner deux mots, j’ai dit « il est vraiment bon votre poisson à la crème ! ». Et la serveuse : « quelle crème ? C’est de la mayonnaise ! »

gif-pardon-lemercier

Sinon la mayo est souvent utilisée dans les sauces des salades, dans les sauces pour la viande…Elle se vend carrément dans des gros pots rigides ou dans des sachets énormes.

17678789-MOSCOW-FEBRUARY-6-Shelves-with-mayonnaise-in-store-on-February-6-2011-in-Moscow-Russia-Cost-of-minim-Stock-Photo
What else?

Salade mimosa

Encore une salade pas légère légère : elle se prépare avec des oignons, du poisson en boîte, de la mayonnaise (je vous avais prévenu), du fromage râpé et des œufs durs.

Retsept-salata-Mimoza_0-min
La salade mimosa

Medovoura – медовуха

Le mot « medovoura » m’évoque instantanément la boisson appelée hydromel dans Harry Potter, allez savoir pourquoi. C’est une boisson slave ancienne préparée à base  de miel, d’eau et de levure. Ça ressemble un peu au kvass dans sa préparation, lui aussi légèrement alcoolisé, mais le goût est plus sucré.

medovour
Petit côté potion magique

Medovoi tort ou medovik

C’est un des gâteaux les plus classiques de la pâtisserie russe. Il est composé de couches intercalées de biscuit au miel et de crème à base de smetana. « Med » veut dire miel en russe, c’est pour ça que  les mots « medovik » et « medovoura » se ressemblent (je le dis au cas où certains voudraient se mettre au russe, sait-on jamais).

023

Morse

Point question ici de loutre ou de tout autre animal aimant se vautrer sur des cailloux, mais d’une boisson qui ressemble à la compote russe, à la différence près que le morse se boit froid et se prépare par l’ajout d’eau bouillante sur des baies fraîches.

morse russe

Miassa po fransouzski

Un plat qui s’appelle « viande à la française », et qui fait un peu exploser le compteur des calories, tout en ayant pas grand-chose de français, à part peut-être son montage. Il s’agit d’une couche de pommes de terre, d’une couche de viande, d’oignons, de crème fraîche russe aigre – la smetana, of course on n’oublie pas la mayo, le tout relevé par du fromage et passé au four. C’est. Un. Peu. Lourd.

Viande à la française…à la russe!

A mon humble avis, le plat s’appelle peut-être à la française car ça ressemble de très loin à la recette du gratin dauphinois !

N

Napoléon

Le napoléon est, comme son nom de l’indique pas, un gâteau. Il ressemble un peu à un millefeuille car il se prépare par la superposition de feuilles de pâte feuilletée et de crème pâtissière ou de smetana. J’ai l’impression que l’origine de ce nom n’est pas très claire, j’ai néanmoins trouvé l’explication suivante, elle vaut ce qu’elle vaut : après la défaite de Napoléon en 1812, ce gâteau était proposé dans les fêtes données en Russie pour célébrer la victoire et on lui a donc donné ce nom.

74221152
Blasphème!

O

Olivier, salade Olivier

Je remarque qu’on a trois spécialités à la suite qui sonnent française ! Une table de nouvel an sans salade olivier c’est un peu comme Tintin sans Milou. Je trouve que l’Olivier ressemble un peu à la salade macédoine. Elle se prépare avec des œufs durs, des petits pois, de la saucisse ou du poulet bouilli, de la laitue, des concombres à la russe, des carottes, des pommes de terre. Et à votre avis, quelle sauce pour lier tout ça? Bah oui, de la mayo !

olivie_kur_prev_original

 P

Pomme de terre

La pomme de terre c’est un des accompagnements les plus communs en Russie. Ça se dit « kartofel »  (et familièrement kartochka), donc on voit bien la racine allemande. On les prépare un peu comme en France, en purée, entières avec les viandes, en dranikis, dans les soupes…Pas évident d’y échapper !

Pelmenis

Les pelmenis appartiennent à la grande famille des raviolis à la viande, avec les posis, les bousis…

Petchiеniye

Купчиха за чаем, 1918, Кустодиев
La femme du marchand, de Kustodiev

Ce sont des petits gâteaux ou des biscuits constituent l’accompagnement parfait du thé qu’on boit ici en quantité pharaonique. Si vous êtes invités quelque part vous pouvez toujours offrir des petchieniye, vous ne pourrez pas vous tromper. Il y en a tellement de sortes et de formes différentes, que pour moi ils sont tous un peu identiques (lecteurs russes, ne me maudissez pas !). Il y plusieurs grandes catégories : les moelleux, les secs, les gaufrettes, les prianikis, les fourrés…Ils sont souvent vendus dans des sachets en plastique au poids.

 

Pirog / pirojki

Pour moi, le pirog c’est vraiment la spécialité russe par excellence. Il peut être sucré ou salé et est toujours constitué d’une pâte (beaucoup de pâte, feuilletée ou briochée) et d’une garniture. Souvent la pâte recouvre complètement le gâteau/le pâté, un peu comme une tourte. Il y a parfois des dessins sur le dessus, comme sur le karavaï de mariage. Le koulibiak par exemple, c’est un pirog au saumon. Il y en a plein d’autres, comme par exemple au porc et au chou (notre chou multirécidiviste donc), ou encore au poulet, aux œufs et graines de sarrasin, aux champignons et aux pommes de terre…dans les sucrés, ils sont le plus souvent à la pomme et aux baies rouges.

Les pirojkis quant à eux sont un peu des versions miniatures du pirog, on peut les acheter dans n’importe quelle boulangerie, cafétéria ou snack dans la rue. En fait tous ces produits peuvent être rassemblés sous l’appellation de « Vipetchka » (atchoum !), qui signigie « ce qui a été cuit au four».

выпечка

Il y a une expression en russe, « Vot takie pirogi » – littéralement – et voici les pirogis / les pâtés – et qui signifie « et voilà / et voilà le travail ! »

 

R

Rastegaï

C’est un petit chausson à pâte levée et fourré avec du saumon, ou de la viande ou toute autre garniture. Comme toutes les « vipiechkas », c’est un peu bourratif mais délicieux.

 rasstegaj_01

S

Sossiska

Vous l’aurez peut-être deviné, sossiska veut dire saucisse en russe. Je pensais que les allemands étaient les rois de la wurst, mais les russes sont vraiment pas mal placés niveau charcutailles. Il y en a qui sont sèches et qui ressemblent au saucisson, il y en a des fumées ou encore des bouillies. Pas évident de s’y retrouver quand on n’est pas habitué ! Ca me fait penser à un dessin animé culte avec lequel j’ai appris le russe, et dans lequel un chat explique à un petit garçon, Fedor, qu’il faut manger le sandwich en mettant la garniture contre la langue, et pas l’inverse.

Sirnikis

Les sirnikis sont des petites galettes préparées avec du fromage blanc compact, appelé tvorog en Russie, un peu de semoule fine ou de farine, de l’œuf, du sucre, de la smetana et parfois des raisins secs. Ils sont ensuite cuits au four ou à la poêle et sont servis avec de la smetana, de la confiture ou de la sgouchonka. On peut les manger en dessert ou au petit-déjeuner. En France je ne sais pas trop par quoi on peut remplacer le tvorog, mes amis russes qui ont vécu à l’étranger soit le préparaient eux-mêmes, soit le trouvaient dans des épiceries russes.

syrniki
Sirnikis au tvorog

Salade

Warning : salade en Russie c’est pas du tout les petites salades de régime à la française. En règle générale, les salades russes sont juste un méli-mélo d’ingrédients liés avec de la mayonnaise, donc on est bien loin du bikini.

Solianka

Encore une soupe, ça ressemble à ça et c’est délicieux. Je ferai un article avec la recette bientôt.

Prigotovlenie-soljanki
La soupe solianka

Salo

Alors ça c’est vraiment un produit slave et qui apparemment est très consommé en Ukraine. Souvent on en mange en accompagnement de la vodka, avec de l’oignon et de l’ail crus. C’est de la graisse de porc, parfois fumée, parfois avec des herbes. On la coupe en tranches plutôt fines. C’est pas franchement ma tasse de thé mais c’est vraiment typique.

салло.jpg
Bonne haleine garantie!

Sirok

Encore un produit laitier typique, c’est une sorte de bâtonnet de lait caillé recouvert d’une coque de chocolat. Il y en a à la vanille, nature, fourré à la confiture ou à la sgouchonka…

sirok
Sirok

Sparja à la coréenne

Alors ça franchement c’est assez indescriptible tant qu’on n’y a pas goûté. C’est une spécialité coréenne, comme il y en a plusieurs en Russie. Sparja en soit veut dire asperge. Ca ressemble à des petits tubes blancs filandreux, ils sont préparés à partir de soja

3701
Asperges à la coréenne

 Souchkis

C’est le genre de petits gâteaux secs russes qu’on peut manger à l’infini sans s’en rendre compte. Ce sont des petits cercles de pâte très secs que l’on mange le plus souvent avec le thé qui  permet de les ramollir. On les trouve parfois attachés en collier sur un fil. Souchkis vient du mot « souchit » en russe et signifie sécher. Ça n’a pas vraiment de goût, mais c’est assez addictif.

souchkis
Panoplie complète de souchkis

 Sotchien

Encore un petit pain fourré. Le sotchien est préparé avec du tvorog, le fromage blanc typique en Russie, enrobé de pâte brisée.

sochni-s-tvorogom-1.jpg

A la lettre S il y a aussi les indétrônables siemetchkis et smetana, j’en ai déjà parlé ici.

T

Tchebourek

Encore un pain fourré à la viande et cuit par friture. Vous l’aurez compris en Russie on aime les petits gâteaux, les soupes, les gros gâteaux – tourtes et les pains fourrés de toutes sortes (légumes, quels légumes ?) Parfois on rencontre des croisements improbables comme ici :

IMG_20170120_205103
Quand le tchébourek rencontre une pizza, ça donne le Tchébou-pizza!

 

U

U –oukha ou уха en russe

Allez, courage c’est la dernière soupe de cette liste! Celle-ci se cuisine avec du poisson. Recette en cours de préparation…

oura
Soupe « oukha »

V

Vinaigrette

Gros faux-ami ! La vinaigrette n’est pas une sauce mais une salade composée de pommes de terre, de betteraves, de carottes, de concombres à la russe et d’oignons.

b13e01de126e8ee40a5d35bb942ced79
Vinaigrette russe

Et figurez-vous qu’elle se prépare sans…mayonnaise !!!

alleluhiah

 

W

Vatrouchka

Là encore, en passant la frontière française, le vatrouchka s’est un peu transformé. En France, j’ai l’impression que le vatrouckka est une tarte au fromage blanc. En Russie, le vatrouchka est un petit pain fourré au tvorog.

vatrouchka

 

Et voilà, on est arrivé au bout de ce dictionnaire culinaire!

Alors, qu’avez-vous envie de goûter ? Y-a-t-il des plats que vous connaissiez déjà ? Des plats qui vous surprennent? Des recettes que vous mourrez d’envie de faire :)?

 

 

Publicités

7 réflexions sur « Dictionnaire de la cuisine russe »

  1. Bon , ça me donne l envie d aller dans un un resto russe, mais à Unverre, même alentours, ce sera difficile à trouver….
    Tu viens en ouvrir un ?
    Gros bisous….
    Atole

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s